Guide de la gestion des couleurs

Généralités sur la gestion des couleurs Choisir et calibrer son écran Calibrer une imprimante Calibrer un appareil photo Gérer les couleurs avec Photoshop

shim
1 / 1
Shim
Mise à jour le 13 novembre 2016

Le vocabulaire et les concepts de la gestion des couleurs expliqués aux débutants en 3 vidéos

A travers ces trois vidéos qui s'adressent plutôt à un public débutant en gestion des couleurs, j’explique avec des mots ou concepts simples ce qu'est la gestion des couleurs et à quoi elle sert. Si vous souhaitez en savoir davantage, je vous invite à lire mes dix pages détaillées sur tout ce qu'il faut savoir à propos de la gestion des couleurs...

 

 

 


Première vidéo - la lumière, l’œil et les couleurs et les couleurs et l'informatique...

Le vocabulaire de la gestion des couleurs (débutants) 1/3 : 17'04




Vidéo gratuite !

Cette vidéo est gratuite ! Voici pourquoi et comment ? Ce site et cette vidéo sont financés grâce à l'affiliation : à chaque fois que vous achetez du matériel chez mes partenaires - Amazon, Graphic Reseau ou encore Miss Numérique - depuis les liens de ce site, ils savent que vous venez de ma part et me reversent un petit pourcentage sur la vente. Cela ne vous coûte donc rien et me permet de continuer à développer ce site gracieusement.

Merci !

top

 

 

 

Deuxième vidéo - les espaces couleurs, les profils ICC et leur utilisation...

Le vocabulaire de la gestion des couleurs (débutants) 2/3 : 21'06




Vidéo gratuite !

top

 

 

 

Troisième vidéo - attribuer et convertir en profil...

Le vocabulaire de la gestion des couleurs (débutants) 3/3 : 26'00




Vidéo gratuite !

top

 


Résumé des six parties concernées par ces vidéos...


Introduction à la gestion des couleurs...

La gestion des couleurs est un ensemble d'outils et de concepts qui permettent de conserver, autant que possible, les mêmes couleurs, entre la prise de vue et l'utilisation finale : un tirage, une impression ou bien encore une utilisation sur Internet. Tout cela afin d'éviter ces phrases trop souvent entendues : "Oh, les couleurs de mon tirage sont très différentes de mon écran..." ou bien encore : "les couleurs chez toi ne sont pas du tout comme chez moi..." ou bien encore "Que ton écran est sombre !" et ainsi de suite...

La gestion des couleurs sert donc à aligner tous les écrans, les imprimantes de la terre sur les mêmes valeurs en tous cas s'en rapprocher. Le but étant par exemple de pouvoir afficher une de vos photos à l'identique chez vous et chez un autre photographe, votre voisin... Pour cela on va les calibrer.

La base de la gestion des couleurs est donc constituée par le calibrage (on dit aussi calibration mais c'est un terme anglais) des différents appareils que l'on va utiliser en premier lieu desquels se trouve l'appareil photo puis l'écran et enfin son imprimante.

Mais comment fonctionne le calibrage ? le calibrage sert à connaître puis à neutraliser les défauts d'un écran par exemple afin que celui-ci affiche les "bonnes" couleurs ou dit autrement des couleurs correctes et si possible très proches de tous les autres écrans calibrés. Les écrans non calibrés peuvent donc posséder de nombreux défauts d'affichage que le calibrage va tenter de corriger. Une fois calibrés, tous les écrans, toutes les imprimantes doivent être assez proches et surtout vous devez avoir la satisfaction de dire : "Chouette, mon tirage et ma photo à l'écran sont identiques ou, en tous cas, très proches". Pour le réaliser, on va utiliser des outils : des sondes de calibrage (colorimètres, etc...).

En savoir plus... suivre

top

L’œil et les couleurs...

Qu'est-ce que la lumière ?

La lumière est une onde électromagnétique (pour faire court c'est une onde) donc dont la longueur d'onde varie et "donne" sa couleur. Une courte longueur d'onde donne une couleur bleue et longue plutôt rouge. La lumière blanche n'existe pas : il s'agit juste d'une très grande quantité de rayons lumineux de longueur d'onde différentes (du bleu au rouge) qui, mélangés donne "l'impression" d'être vu comme de la lumière blanche. Voilà pourquoi, quand on fait passer de la lumière "blanche" à travers un prisme, elle se décompose en un magnifique arc en ciel de toutes les couleurs qui la compose :


Comment l’œil humain voit les couleurs ?



L’œil humain voit les couleurs grâce à des cellules sensibles à la lumière au fond de la rétine. Cette rétine est tapissée de deux types de cellules photosensibles :

  • Les cellules sensibles aux couleurs : les cônes,
  • Les cellules sensibles à la quantité de lumière (elles voient donc en noir et blanc) : les bâtonnets.
Les cellules sensibles aux couleurs sont en fait surtout sensibles à la couleur rouge, verte et bleue. Donc toutes les couleurs sont "fabriquées" par notre cerveau et ne sont pas vues directement.

On parle tout d'abord des couleurs mais combien de couleurs voit l’œil d'un être humain "moyen" ?
Un œil "standard" est capable de distinguer environ 200 nuances par couleur. L’œil humain voit donc environ : 200 x 200 x 200 = 8 millions de couleurs ! (Remarquez au passage qu'on est loin des milliards de couleurs que nous vantent certaines pubs d'écrans ou de télévisions et que la gestion des couleurs est basée sur un œil qui n'existe car il est la moyenne de plein de gens !).

En savoir plus suivre

top

Les couleurs et l'informatique...

Comment l'informatique code les couleurs ?
Bits d'informatiqueLes ordinateurs ne savent travailler qu'avec des 0 et des 1. On appelle cela un bit. Donc si on code les couleurs sur un bit nous n'avons que deux possibilités : 0 = éteint et 1 = allumé. Cela ne fait pas beaucoup de nuances ! Pour avoir suffisamment de nuances - nous avons vu page précédente qu'il nous en fallait au moins 200 par couleur - il faut donc coder les couleurs sur au moins 8 bits par couleur ce qui donne 256 possibilités à chaque fois. Les couleurs sont donc codées sur 8 bits par couleur (3 fois en RVB). On parle alors de couleurs codées sur 24 bits.

Notez au passage que cela nous fait 16 millions de combinaisons que nous n'en avons besoin que de 8 millions, "en théorie".

En savoir plus suivre

top

Le gamma...

Qu'est ce que le Gamma ?
L’œil réagit à la lumière de manière un peu étrange. Sa réaction à la lumière n'est pas régulière - on dit linéaire. Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

  • L’œil humain est plus sensible à des petites variations de lumière dans un environnement sombre que dans un environnement clair.
  • De plus, si vous allumez deux bougies au lieu d'une dans une pièce sombre, il ne verra pas deux fois plus de lumière mais seulement plus de lumière. Sa réponse n'est pas linéaire.

Le gamma exprime cela.

Mais d'habitude on parle de gamma pour un écran et pas pour l’œil ?
Justement, c'est pour tenter de reproduire le comportement de l’œil que les écrans ont un gamma.

Heureusement, tout cela se fait automatiquement dans nos ordinateurs et il n'y a rien à faire sauf cas particuliers qui n'intéressent pas les débutants et qu'ils ne rencontrons d'ailleurs pas !

En savoir plus suivre

top

Les espaces couleurs

- Note importante ! Cette notion d'espace couleurs n'est pas très simple et s'adresse avant tout aux utilisateurs avertis ou qui souhaitent vraiment savoir ce qui se passe dans Photoshop lorsqu'ils retouchent les couleurs. Tous les logiciels comme Photoshop ou Lightroom s'occupent de tout, choisissent les bonnes options par défaut pour une gestion des couleurs simple mais suffisante et vous n'aurez rien à faire. Donc pas de panique si vous débutez !

- Qu'est-ce qu'un espace couleur ?
Un espace couleur est un ensemble de couleurs. On appelle cela également un gamut. Le gamut d'un espace ou d'un écran représente toutes les couleurs qu'il est capable de contenir ou d'afficher. L'ensemble des couleurs qu'est capable de voir un être humain s'appelle l'espace couleur L*a*b*. On parle d'un œil "standard" car il représente la moyenne de plus de 10000 personnes ! C'est le plus grand espace couleur de tous. C'est donc la plaque tournante de la gestion des couleurs.

Important ! Chaque couleurs L*a*b* représente UNE SEULE couleur absolue. Une valeur L*a*b* = une couleur. Mais alors, pourquoi ne travaillons-nous pas tout le temps avec ce seul espace ? Et bien il a un "principal petit" défaut : nous ne sommes pas habitués à parler couleur en L*a*b* ! On préfère les plus parlantes valeurs RVB. Donc on a fini par créer un espace aussi grand que le L*a*b* mais en RVB : le CIE RGB.
Cela dit, cela ne réglait pas tous les problèmes donc on a créé encore davantage d'espaces RVB, notamment pour tenir compte des espaces couleurs des appareils, toujours sensiblement plus petits que le L*a*b*. Ces "petits" espaces avaient également le bon goût d'être plus légers à calculer quand nos ordinateurs n'étaient aussi puissants qu'aujourd'hui.
Cependant ne vous inquiétez pas, ils "voient" les principales et c'est déjà bien assez car il ne "manque" que les couleurs très saturées que l'on ne photographie de toutes façons pas tous les jours (sauf exception).

Donc très important ! la principale différence entre tous ces espaces se joue uniquement sur les couleurs les plus saturées. Ainsi le grand espace ProPhoto permet de 'traiter" plus de couleurs très saturées que le petit sRGB.

Il existe deux grandes catégories d'espaces couleurs :
1 - Les espaces couleurs d'appareils = profils ICC. ils sont créés au moment de leur calibrage et ont deux caractéristiques principales :
Ils représentent un gamut très souvent beaucoup plus petits que l'espace L*a*b* mais surtout ils contiennent tous leurs "défauts". En effet, aucun appareil ne reproduit "idéalement" les couleurs. Donc on écrit dans le profil ICC que quand on donne à afficher à cet écran telle couleur LAB il affiche plutôt telle autre couleur, légèrement différente. Ainsi, on sait comment il va falloir corriger le signal à envoyer à cet écran pour qu'il affiche la bonne couleur. On parle alors de profils ICC.
2 - Les espaces couleurs de travail. Ils sont eux créés par l'homme et ne possèdent pas les défauts des appareils. Ils servent donc pour retoucher les images dans Photoshop. Les plus connus sont sRGB, Adobe 1998 ou encore ProPhoto et fonctionnent en RVB, plus intuitif que les couleurs L*a*b*. Ils sont eux également plus petits que le L*a*b* mais sont "parfaits" car ils ne dépendent pas d'un périphérique. Ils ne contiennent pas de "défauts".

Si on comprends pourquoi il y a autant d'espaces couleurs couleurs d'appareils (un profil ICC par appareil) pourquoi avoir inventé plusieurs espaces couleurs de travail, plus ou moins grands ?
Il y a trois raisons principales :
- une première historique. La puissance des ordinateurs dans les années 90, date des débuts de la gestion des couleurs pour tous, était bien insuffisante pour traiter autant de données. Travailler avec de plus petits espaces que le L*a*b* était très pratique.
- Un deuxième est liée au fait qu'il ne servait à rien de "pouvoir" traiter autant de couleurs alors que les appareils de l'époque étaient incapables de les "voir". Cela alourdissait les calculs pour rien !
- Enfin, quand vous cherchez à imprimer les couleurs, beaucoup plus nombreuses, que sont capables de photographier un appareil, vous risquez des problèmes techniques : l'apparition de cassures de tons dans les dégradés entre autres...

En savoir plus suivre

top

Les profils ICC

Qu'est-ce qu'un profil ICC ?
Un profil ICC est la carte d'identité couleur d'un appareil. Il contient deux informations essentielles :

  • L'espace couleur ou le gamut de cet appareil donc l'ensemble des couleurs qu'il est capable d'afficher, de photographier ou d'imprimer;
  • les "défauts" couleurs de celui-ci. Ainsi par exemple, en lisant le profil ICC d'un écran, Photoshop sait quelles valeurs RVB il doit envoyer à celui-ci afin d'en tenir compte et donc le "corriger".

Comment obtient-on un profil ICC d'un appareil ?
Un profil ICC d'appareil s'obtient en le calibrant. On calibre un écran grâce à une sonde de calibrage d'écran, également appelé colorimètre, une imprimante avec un spectrophotomètre, un appareil photo avec une mire ColorChecker, etc...

Y-a-t-il une différence entre un profil générique (fournit par la marque de votre écran par exemple) et un profil ICC sur mesure créé par vous même ou réalisé par un prestataire spécialisé ?
Oh que oui ! Calibrez vous-même votre écran, calibrez vous même votre imprimante ou, si vous trouvez cela trop cher, faites le faire. Cela n'a rien à voir même si, j'en conviens, les profils génériques ont fait beaucoup de progrès.

En savoir plus suivre

top

Convertir en profil...

I - Puisque l'on souhaite conserver la même couleur (sous entendu L*a*b*) sur notre écran puis sur notre tirage par exemple, les valeurs RVB de CES couleurs affichées sur CET écran doivent être modifiées pour tenir compte des "défauts" de l'imprimante. En effet, pour cette imprimante, ces mêmes valeurs RVB représentent d'autres couleurs L*a*b*. Cette modification des valeurs RVB en d'autres valeurs R'V'B' s'appelle une conversion. On dit aussi que l'on convertit une image. Cela permet donc de conserver la même couleur d'un appareil à un autre.
Toujours avec nos analogies : C'est exactement pareil que dans un bureau de change : vous avez 100 euros en poche et vous les changez pour 80 dollars au cours du jour. Vous avez 100 quelque chose puis seulement 80 d'autre chose mais, dans l'absolu, cela revient au même (c'est la même couleur au final !).

Cette conversion, très complexe, se réalise heureusement automatiquement dans Photoshop si vous utilisez les très bons outils de la gestion des couleurs de ce logiciel.

Menu "Convertir en profil ICC" de Photoshop

Pour la réaliser, vous avez besoin de deux choses : une photo AVEC son profil ICC ou son espace couleur (lors de l'attribution vue page précédente) et le profil ICC de l'appareil de destination (celui de l'imprimante par exemple). Avec un seul profil ICC, c'est impossible. Il faut également choisir le mode de conversion dont je parle page suivante...

Reste le cas à part des appareils photo : nous avons vu page précédente que l'attribution du "bon" profil ICC se faisait automatiquement dans le boîtier en JPEG ou bien dans le logiciel de dématricage (Camera Raw, DXO, Etc.) en RAW. En revanche c'est alors vous qui choisissez l'espace de conversion vers une espace neutre dont le plus célèbre est le fameux sRGB :
- soit sur votre boîtier si vous photographiez en Jpeg,
- soit dans votre logiciel si vous photographiez en RAW. Vous avez alors davantage de choix que les deux seuls sRGB et Adobe 1998.

II - Deuxièmement, la conversion sert à savoir quoi faire si une couleur est, par exemple, non imprimable. D'abord sachez qu'il n'y a pas de couleur non imprimable. C'est un abus de langage. Il y a des couleurs qui ne sont pas imprimables telles quelles mais elles sont toujours imprimables. Concrètement, elles vont être imprimées mais avec un peu moins de saturation.

Entre deux appareils, quand on dit qu'il y a des couleurs non imprimables, cela veut juste dire qu'une grande partie des couleurs de votre photo vont être imprimées correctement et seulement quelques unes, les plus saturées, - si vous les avez photographiez donc qu'elles appartiennent à votre photo ce qui est encore autre chose ! - vont être imprimées un peu moins saturées que sur l'original. DONC cela joue à la marge à moins que vous ayez photographié ces couleurs très saturées en très gros plan ! Regardez concrètement sur cette photo en passant votre souris dessus :

Différences entre photo originale et mode perceptif

Seule une partie du ciel est moins saturée mais le reste de la photo ne bouge pas - en saturation -. Le mur s'éclaircit mais c'est un autre problème.

En savoir plus suivre

top

Attribuer un profil...

Tout d'abord, il est important de comprendre que l'on attribue un profil ICC à une image qu'une seule fois ! Lors de la première ouverture du fichier. Ensuite on ne fera que des conversions.

Attribuer un profil ICC c'est donné un sens connu de tous à un fichier. Grâce à l'attribution d'un profil ICC à un fichier, celui-ci affichera les "bonnes" couleurs.

Pour être exact, on dit attribuer un profil ICC mais selon l'origine de la photo, on pourrait également attribuer un espace couleur à une image. Dans le langage courant on retiendra dans les deux cas attribuer un profil ICC.

Vous ouvrez une nouvelle photo dans Photoshop et elle n'a pas de profil ICC incorporé. Elle ne peut donc s'afficher correctement à moins d'un heureux hasard ! Il faut donc lui attribuer un profil ICC, le sien.

Il faut donc absolument savoir d'où elle vient : d'Internet, d'un scanner, d'un appareil photo numérique qui travaille en sRGB, en Adobe 1998, d'un fichier RAW développé dans quel espace couleur, etc ?

Lorsque vous photographiez en RAW, le logiciel de dématricage détecte automatiquement avec quel boîtier la photo a été prise et attribue le bon profil à votre fichier. C'est pourquoi, quand le logiciel n'est pas à jour et qu'il ne reconnaît pas votre appareil photo, il ne peut ouvrir vos fichiers RAW.

Faisons une analogie : c'est comme si vous trouviez un billet de banque par terre. Vous voyez écrit 100 quelque chose mais sans reconnaître de quel pays. Avant d'utiliser ces 100 quelques choses en France, vous allez devoir vous rendre dans un bureau de change pour qu'il vous dise ce que c'est (quelle monnaie) puis vous convertisse cette somme en Euros.
Le fait de savoir de quelle monnaie il s'agit revient à attribuer un profil. Notez que l'attribution ne se fait bien qu'une seule fois. Une fois que l'on sait ce quelle monnaie il s'agit, il n'y a plus à y revenir ! Ensuite, on fera de multiples conversion (page suivante) pour aller d'un appareil à un autre (comme si on allait faire le tour du monde, d'un pays à un autre et que l'on convertissait nos euros en dollars puis en yens ou encore en livres...).

En savoir plus suivre

top

Qu'est-ce que le calibrage...

Pour que la gestion des couleurs fonctionne il faut donc calibrer les appareils : calibrer les écrans, calibrer les imprimantes, etc... Ainsi on récupère les profils ICC de chaque appareil. Le calibrage des appareils consiste en deux étapes :

  • étalonner ou calibrer les appareils : c'est-à-dire les placer dans un état de fonctionnement connu et stable,
  • Puis caractériser ces appareils : grâce à la sonde de calibrage d'écran ou au spectrophotomètre pour les imprimantes on va connaître exactement comment ils (dis)fonctionnent et comment il faut corriger leurs défauts.

Le calibrage de l'écran consiste donc, à l'aide d'un colorimètre également appelé sonde de calibrage, à fixer la bonne luminosité de l'écran, son contraste (impossible à faire à l'oeil nu) - c'est l'étalonnage -, puis à relever ses "défauts" que le logiciel va placer automatiquement dans son profil ICC donc sa carte d'identité couleur - c'est le calibrage à proprement parler -. Pour cela, le logiciel fait défiler pleins de patchs colorés sur l'écran que la sonde, posée dessus, va mesurer. Une sonde d'écran est donc indispensable et coûte moins de 200 € aujourd'hui.

Le calibrage de l'imprimante consiste lui à choisir son papier, son encre - c'est l'étalonnage - puis à imprimer une mire et relever grâce au spectrophotomètre les vraies couleurs réellement imprimées. Pour créer le profil ICC de votre imprimante, il suffit que le logiciel compare les couleurs imprimées de votre mire avec les couleurs idéales qu'aurait du imprimer cette imprimante. Les kits de calibrage coûtent plus cher voire très cher (entre 400 et 1600 €) mais il est possible de faire faire ses profils à distance pour une somme modique (entre 20 et 100 €).

Calibrage d'une imprimante

En savoir plus suivre

top

Shim
Accueil > Généralités > Le vocabulaire > Suite...
shim

 

 
Affiliations
 
 

Ce site est entièrement gratuit et pourtant pratiquement sans pub. Pourquoi ? Mais parce que c'est moche ! Or il faut reconnaître que c'est lucratif et que cela fait vivre de nombreux sites Internet. Je me suis donc posé la question : que faire car ce site ne peut grandir qu'avec des revenus réguliers, comme les autres. Comment continuer à rendre l'information accessible gratuitement, ce que je fais historiquement depuis avril 2002 ?

Et bien grâce à l'affiliation : à chaque fois que vous cliquez sur les liens de ce site vers mes boutiques partenaires, ils savent que vous venez de ma part et me reversent un petit pourcentage sur ce que vous achetez : mon conseil d'achat ou tout autre chose d'ailleurs. Pensez à passer par mes liens quand vous achetez chez eux ! Cela ne vous coûte donc rien et tout le monde y gagne : vous, eux, moi !

 
 
 
 

Vous pouvez également contribuer librement via Paypal :


 
 


Merci de votre visite et votre contribution !

 

 
Accueil
   
 
English version
  Généralités L'écran L'appareil photo L'imprimante Gérer les couleurs
 

Introduction
L'oeil et les couleurs
Couleurs & informatique
Le gamma
Les espaces couleurs
Les profils ICC
Attribuer un profil ICC
Convertir une image
Modes de conversion
Le calibrage ?

Résumé pour les
débutants


RESSOURCES

DVD
Livres sur la GDC
Liens internet

CHOISIR son ÉCRAN

Conseils d'achat d'écrans - MàJ
Mes conseils d'achat d'écrans
Guide d'achat moins de 700€
Guide d'achat plus de 1000€
Guide d'achat 4K
Guide d'achat Hauts de gamme


CALIBRER son ÉCRAN

Calibrage : les principes
Calibrer avec une sonde ?
Mes conseils d'achat de sondes

Calibrer les tablettes

Calibrer un portable
Calibrer l'iMac
Calibrer une télévision


TESTS MATERIEL

Tous mes tests écrans - MàJ !
Tous mes tests de portables - MàJ !
Tous mes tests de sondes - MàJ !

CALIBRER son APN

Calibrer un appareil photo
Pourquoi calibrer les couleurs
d'un appareil photo ?

Comment calibrer les couleurs
d'un appareil photo ?

Régler la balance des blancs
Quelles chartes pour régler
la balance des blancs ?

Réglage fin de l'autofocus


TESTS MATERIEL

SpyderLensCal
Focus Checker
SpyderCube
TrueColors
RefCard 6
ColorChecker Passport
QPCard 203
ExpoDisc 2.0

 

CALIBRER son IMPRIMANTE

Calibrer une imprimante
Comment calibrer
une imprimante ?

Calibrer une imprimante
à distance


CHOISIR son IMPRIMANTE

Choisir imprimante photo
Quelle imprimante photo ?
Conseils papiers photo
Guide achat papiers photo


TESTS MATERIEL

Mes tests d'imprimantes

Kit Colormunki Photo

SpyderPRINT 5
Spyder5STUDIO

 

Dans PHOTOSHOP

Préférences couleurs de PS
Informations couleurs de PS
Gérer les couleurs
Imprimer avec Photoshop
Espace de travail Photoshop ?
sRGB, Adobe RVB, etc. ?
Gérer les couleurs dans CR

Dans LIGHTROOM

Imprimer avec Lightroom
Gérer les couleurs dans LR

Dans PHOTOSHOP Element

Gérer les couleurs dans PE
Imprimer avec PSE

Divers...

Profil ICC et Internet
Gérer les couleurs de
l'appareil photo